remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : janvier 2015

Lorin, Magdeleine


Née à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) vers 1786. Décédée le 12 avril 1842 à Lyon (Rhône). Marchande de papiers peints puis rentière. Correspondante de l’Union harmonienne à Lyon pour l’année 1840.


Magdeleine Lorin est veuve (selon les registres de recensement de 1836 à 1840) ou célibataire (selon l’acte de décès) domiciliée 1 rue de la Préfecture à Lyon. Elle aurait été institutrice [1] ; les recensements de 1836 à 1838 la qualifie de marchande de papiers peints puis de rentière en 1839. Elle loue des logements en garni.
Magdeleine Lorin est en contact avec le centre parisien de l’École sociétaire en août 1837. Elle annonce tenir à disposition du centre, la somme de 15 francs, fruit d’une souscription initiée au sein d’un groupe d’amies. Cette somme est une contribution aux études destinées au plan de réalisation d’un phalanstère. Son nom n’apparaît cependant pas dans la liste des souscripteurs au 27 juillet 1838 [2]. Elle déclare s’activer à la propagation phalanstérienne et souhaite obtenir « des livres assez succints [sic] et qu’on puisse se procurer facilement. C’est avec plaisir que j’ai vu naître l’idée de faire imprimer à un grand nombre d’exemplaires le plan destiné à populariser un système qui aura de nombreux partisans dès qu’il sera mieux connu, et qu’on en poura [sic] prévoir la prochaine réalisation » [3]. Elle contribue au moins depuis 1838 à La Correspondance harmonienne, bulletin de l’Union harmonienne. Elle y soutient en décembre 1838 l’idée de Reverchon (qui signe Sarpedon) « d’adopter une marque distinctive : celle du cordon en sautoir nous semble bonne ; seulement [écrit-elle] nous pensons qu’elle doit être uniforme pour le moment, les groupes n’étant point encore assez tranchés, ni assez nombreux ; toutefois nous serions d’avis qu’un cordon fut composé de quatre couleurs, orangé, violet, bleu de ciel & blanc [...] » [4]. Elle propose de compléter cet attribut distinctif par « un signe d’ordre, dans le genre des francs-maçons, pour dérouter les faux frères s’ils s’en présentait ».
Le 13 avril 1842, l’un des déclarants de son décès est Pierre Montmittonet, membre actif du Groupe phalanstérien des travailleurs de Lyon.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : novembre 2020

Notes

[1Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France. 1. Précurseurs et prémices, Paris, Fédération nationale des coopératives de consommation, 1924, p. 165.

[2Jean-Claude Sosnowski, « Liste de souscripteurs au « Crédit de dix mille francs » demandé pour les Études d’un phalanstère d’enfants, 27 juillet 1838 », charlesfourier.fr, rubrique « Réalisations et propagation » mars 2014, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1301 (consulté le 26 décembre 2014).

[3Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS39 (11) (681Mi66, vues 316-317), lettre de Magdeleine Lorin au centre parisien, 16 août 1837.

[4Correspondance harmonienne, supplément au n° 17, 15 décembre 1838, p. 187, « [Lettre de Lyon, le 4 décembre 1838 ».


Ressources

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS39 (11) (681Mi66, vues 312 et 316-317), attestation et lettre de Magdeleine Lorin au centre parisien de l’École sociétaire, 16 août 1837.
Archives municipales de Lyon, état civil de Lyon, 2E361 registre des décès, acte n° 1783 du 13 avril 1842 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 225).
Archives municipales de Lyon, 921WP178, registre de recensement de Lyon pour l’année 1836, 4e arrondissement, fol. 89v. (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 643).
Archives municipales de Lyon, 921WP193, registre de recensement de Lyon pour l’année 1838, 4e arrondissement, fol. 58 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 520).
Archives municipales de Lyon, 921 WP 209 recensement, 4e arrondissement, 1840 pour 1841, 4e section, Villeroy (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 105).
Correspondance harmonienne, supplément au n° 15, [octobre] 1838, p. 150, « [lettre de Deschenaux de Sorèze, 7 septembre 1838] ».
Correspondance harmonienne, supplément au n° 17, 15 décembre 1838, p. 187, « [Lettre de Lyon, le 4 décembre 1838 ».
« Adresses des correspondants membres de l’Union harmonienne », Almanach social pour l’année 1840, Paris, Librairie sociale (1839), p. 182 (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes).

Bibliographie

Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France. 1. Précurseurs et prémices, Paris, Fédération nationale des coopératives de consommation, 1924, 630 p.


Index

Lieux : Lyon, Rhône

Notions : Réalisation - Souscription - Union harmonienne

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Lorin, Magdeleine », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en janvier 2015 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1531 (consultée le 26 janvier 2021).

 . 

 . 

 .