retour au sommaire

La Comunidad del Sur (Uruguay-Suède-Uruguay)
Un exemple de communauté intentionnelle libertaire sur la longue durée (de 1954 à nos jours)

Michel Antony  |  2014 / n° 25 |  janvier 2015



Résumé

La Comunidad del Sur (Montevideo) est une communauté intentionnelle de longue durée (années 1950 à nos jours). Elle résiste à l’exil (surtout suédois) et donne naissance à des activités qui marquent toujours le Rio de la Plata. Née en milieu anarchiste, cette communauté intégrale (milieu de vie, de culture et de production) s’est ouverte au quartier Sud où elle est née, puis s’est liée aux groupes libertaires, coopératives, associations et autres communautés… Elle accueille militants, chercheurs, professionnels (surtout de la psychologie de groupe). Elle lie recherche, travail, avec loisirs et festivités. L’autonomie individuelle, en symbiose avec une vie collective d’une grande richesse, n’est quasiment jamais écrasée par le collectif. Plurielle, pragmatique, évolutive, et toujours libertaire c’est une rareté dans des mondes utopiques souvent figés.

Cet article n'est pas encore disponible en texte intégral


Index

Lieux : Montevideo (Uruguay) - Suède

Notions : Anarchisme - Expérimentations

Pour citer ce document

ANTONY Michel , « La Comunidad del Sur (Uruguay-Suède-Uruguay). Un exemple de communauté intentionnelle libertaire sur la longue durée (de 1954 à nos jours)  », Cahiers Charles Fourier , 2014 / n° 25 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1516 (consulté le 26 septembre 2017).


Michel Antony

Historien et militant syndical et associatif, Michel Antony est engagé principalement dans le soutien aux réfugiés et dans la défense et la promotion des services publics. C’est un partisan du socialisme libertaire et autogestionnaire, qu’il souhaite pluriel, pragmatique et ouvert. Ses recherches se spécialisent dans les pensées, les courants et les mouvements utopiques et/ou libertaires, auxquels il consacre un site constamment mis à jour (www.acratie.eu).


Les autres articles de Michel Antony





 . 

 . 

 .