retour au sommaire

La Révolution de 1848 à la lumière de la science sociale fouriériste

Denis Burckel  |  1999 / n° 10 |  décembre 1999



Résumé

Le fouriérisme, considéré comme physiologie du corps social, et rapproché des discours scientifiques du premier XIXe siècle, peut être appréhendé comme une Ecole recueillant et diffusant le savoir, bien plus que comme un parti en quête du pouvoir. Ainsi, la Révolution de 1848 et la Seconde République deviennent des objets de science, se réinscrivent dans l’histoire naturelle de l’homme et de l’univers. Mais bien au-delà, ce sont les concepts d’utopie et de progrès qui sont remis en question.

Lire cet article

Index

Lieux : Europe - Lyon, Rhône - Nord - Paris, Seine - Vendée

Notions : Anatomie - Médecine - Physiologie - Politique - Science sociale - Sciences

Personnes : Arago, François - Baudet-Dulary, Alexandre - Bernardin de Saint-Pierre, Henri - Bichat, Xavier - Bonnard (de), Arthur - Breton, Philippe - Briancourt, Mathieu - Cantagrel, François - Considerant, Victor - Cuvier, Georges - Dameth, Henri - Fontarive, L. - Foucault, Michel - Geoffroy-Saint-Hilaire, Etienne - Harel, Charles - Hennequin, Victor - Jésus Christ - Lamarck, Jean-Baptiste - Lefébure, Henri - Léonard, Jacques - Leray, Constant - Orina - Paget, Amédée - Pompéry (de), Edouard - Rignol, Loïc - Riot-Sarcey, Michèle - Robespierre, Maximilien de - Staël, Germaine de - Tamisier, Alphonse

Pour citer ce document

BURCKEL Denis , « La Révolution de 1848 à la lumière de la science sociale fouriériste  », Cahiers Charles Fourier , 1999 / n° 10 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article177 (consulté le 24 septembre 2017).


Denis Burckel

Les autres articles de Denis Burckel





 . 

 . 

 .