retour au sommaire

Nouvelles brèves

Jean-Claude Dubos  |  1999 / n° 10 |  décembre 1999



Pour citer ce document

DUBOS Jean-Claude , « Nouvelles brèves  », Cahiers Charles Fourier , 1999 / n° 10 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article190 (consulté le 11 octobre 2017).

Texte intégral

Colloque

Un colloque : « A Millenium of Utopias : the theory, history and future of Utopianism » a été organisé du 23 au 26 juin 1999 par l’University of East Anglia, Norwich (G-B). D’après le programme qui nous a été remis, aucune communication n’a été consacrée à Fourier ni d’ailleurs aux utopies françaises, sauf « Paris au XXe siècle de Jules Verne » (Père Gallardo-Tonano, Université de Lleida). Nous avons relevé aussi, dans le prolongement du présent cahier : « 1848 ans the Transformation of Utopian Socialism » de C. Gregory Claeys (Royal Holloway College, Université de Londres).

Homonymie

Un Sud-Africain, Charl Fourié, 34 ans est en train de faire fortune, grâce à l’invention d’un système d’auto-défense qui consiste à installer sous les portes avant d’une voiture deux lance-flammes capables de propulser l’équivalent de dix bouteilles de gaz. L’invention est parfaitement légale : le voleur est aveuglé, il peut être brûlé au troisième degré, mais le feu ne le tuera pas forcément tout de suite, assure Charl Fourié (Catherine Dumay, Le Figaro, 28 décembre 1998).

Homonymie (suite)

À Paris, de manière beaucoup plus pacifique, Martine Fourrier-Le-Roy, soprano, a donné le 27 mai rue du Pont-Neuf un concert d’œuvres de Satie, Britten, Poulenc et Weill.

Le point de vue de la ministre

Dans son numéro spécial 2 000 ans d’Histoire, la revue Pays Comtois a présenté « Les Inventeurs sociaux : Fourier, Considerant, Proudhon », racontés par notre président Gaston Bordet. Interrogée par la rédaction : « Vous sentez-vous concernée par l’héritage des utopistes comtois ? », Dominique Voynet, ministre de l’Environnement, a répondu : « Bien sûr et j’en suis très fière ! Dans ma formation politique comme dans mon comportement quotidien, je reste influencée par leur travail. Plus que l’aspect théorique, ajoute-t-elle, ce sont les tentatives de mise en œuvre concrète qui ont suscité mon intérêt ». Et de citer : les fruitières, les communes libres, le système d’assurance mutuelle.

L’Agave Amaryllidacai Consideranti

Au cours d’un voyage au Mexique effectué lors de son séjour à San Antonio, Considerant découvrit un nouveau cactus qu’il exposa à Paris en 1872 et qui reçut le nom d’Agave Amaryllidacai Consideranti. Mais un Anglais ayant fait la même découverte, l’exposa à Cologne en 1875 et lui donna le nom d’Agave Victoriae Reginae. Malgré l’antériorité de Considerant, reconnue par plusieurs spécialistes des agaves, il semble qu’elle soit vendue maintenant sous le nom d’Agave Victoriae Reginae (Consideranti).

Édition

Notre collaborateur et ami Jonathan Beecher a remis cet été à son éditeur The University of California Press le manuscrit de sa biographie de Victor Considerant, dont un extrait inédit est traduit dans le présent Cahier. Celle de Fourier, traduite en français chez Fayard, est actuellement en cours de traduction en japonais.

La statue de Fourier (suite)

Contrairement à ce que nous avions affirmé dans le numéro 9 des Cahiers, le socle de la statue de Fourier, Place Clichy, se trouve sur le territoire du XVIIIe arrondissement de Paris et non du IXe. La municipalité du XVIIIe a retenu les deux projets de Guillaume Ponsin publiés dans ce même Cahier et l’Association d’Études Fouriéristes s’est entendue avec l’Association des Amis de Fourier et Le Jura Français pour demander à la Mairie de Paris d’installer le monument figuratif sur le socle, en remplacement de la statue de Fourier due à Émile Derré, inaugurée le 4 juin 1899 et emportée par les Allemands en 1942.

Rappel

Tous les numéros des Cahiers Charles Fourier déjà parus sont toujours disponibles, seul le n° 7 est en voie d’épuisement. On peut se les procurer au prix unitaire de 50 FF ou 7,62 euros pour les n° 1 et 2 et de 70 FF ou 10,67 euros pour les numéros suivants. L’ensemble peut être obtenu pour la somme de 500 FF ou 76,2 euros payables par chèque ou mandat à l’ordre de l’Association d’Études Fouriéristes - CCP 4 498 47 C Dijon.

La Cartoucherie de Bourg-les-Valence (suite)

Nos amis de Bourg-les-Valence nous informent qu’un plan de conservation du site de la Cartoucherie a été adopté. Les principaux bâtiments seront conservés et un projet d’implantation d’une école européenne d’animation est à l’étude avec la participation des studios FOLIMAGE, César et Cartoon d’or du meilleur film d’animation en 1988 et 1998. Un grand bravo à l’Association « Droit de cité » et à ses animateurs Mme Ory et M. Patouillard et Fourneron.

Gastrosophes, à vos plumes

Du 5 au 7 juillet 2000, l’Université d’Adélaïde (Australie) organise un colloque sur « Les Arts de la Table : la place du culinaire dans la culture et la littérature française ». L’approche sera pluridisciplinaire et le comité fait appel à la participation des historiens, philosophes, sociologues et particulièrement des dix-neuviémistes. Chacun sait l’importance que Fourier attachait à la gastrosophie, et il serait souhaitable que cet aspect de son œuvre fasse l’objet d’une (ou plusieurs) communication(s).

Contact : Dr. John WEST-SOOBY, Centre for European Studies, University of Adelaïde SA - 5005 AUSTRALIA - TÉL. : +61-8-88035634 - fax : +61-8-83035241 - email : john.westsooby@adelaide.edu.au

Toute proposition de communication (de 200 mots en français ou en anglais) doit parvenir à cette même adresse avant le 31 mars 2000.


Jean-Claude Dubos

Jean-Claude Dubos

Ancien élève de l’Ecole nationale des Chartes, Jean-Claude Dubos était bibliothécaire en retraite (médiathèque de Besançon). Il a préfacé Parole de Providence, de Clarisse Vigoureux (1993) et il est l’auteur de Victor Hugo et les Francs-Comtois (2002). Il a été l’un des membres fondateurs de l’Association d’études fouriéristes. Il est décédé en 2013.


Les autres articles de Jean-Claude Dubos





 . 

 . 

 .