retour au sommaire

Industrie, Travail et Joie
Greffes brèves sur La Fausse industrie

René Schérer  |  2017 / n° 28 |  décembre 2017



Résumé

Dernier des « prospectus » de Charles Fourier, La Fausse Industrie annonce et vante, à longueur de page, les avantages d’une Harmonie reposant sur l’association « industrielle » et une rupture décisive avec une civilisation dont le « pivot » est la famille, le morcellement, la réticence générale au travail. Si « l’inventeur » du nouveau système cherche en vain des commanditaires désireux de fonder un nouveau « canton d’essai » ou Phalanstère, en revanche, sa défense et illustration fourmille d’idées directrices propres à éclairer notre présent souffrant d’un néolibéralisme que l’ancien, la société mercantile du début du XIXe siècle, contenait déjà en puissance. Cet article en indique les traits essentiels, ainsi que les divergences qu’il est indispensable de prendre en compte.

Cet article n'est pas encore disponible en texte intégral


Index

Notions : Economie - Travail

Pour citer ce document

SCHéRER René , « Industrie, Travail et Joie. Greffes brèves sur La Fausse industrie  », Cahiers Charles Fourier , 2017 / n° 28 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1995 (consulté le 16 novembre 2018).


René Schérer

René Schérer, né en 1922, est professeur émérite en philosophie à l’université Paris-8. Dernier ouvrage paru : Petit alphabet impertinent, Paris, Hermann, 2014.


Les autres articles de René Schérer





 . 

 . 

 .