remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juin 2018

Gillet, Gabriel


Né le 19 octobre 1859, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Professeur de musique. Membre du groupe phalanstérien de Marseille vers 1880-1885, orateur lors des banquets fouriéristes marseillais.


Gabriel Gillet est le fils d’un instituteur, qui prend ensuite la direction d’une « institution préparatoire aux écoles spéciales du gouvernement » et qui est aussi président de la société spirite de Marseille » [1].

En janvier 1879, Jean-Baptiste Guizou, l’animateur du groupe phalanstérien marseillais, écrit au Centre parisien de l’École sociétaire ; il lui signale notamment qu’il a reçu

la visite de Mr Gillet jeune, homme de dix-neuf ans, possédant la connaissance de la théorie phalanstérienne et plein de zèle pour la préparer.

Après la lecture des deux articles des numéros [des] 1er et 15 janvier, notre condisciple n’a pas hésité à prendre un abonnement au Bulletin, pour les six premiers mois en 1879 pensant que l’école sociétaire aura, enfin, un organe qui contribuera à la diffusion de ses principes.

M. Gillet devant commander quelques livres à notre ami Mr Talon [gérant de la Librairie des sciences sociales] qui lui a déjà envoyé les Œuvres complètes de Ch. Fourier et le Fou du palais royal [de François Cantagrel, profitera de cette occasion pour vous faire parvenir le montant de l’abonnement [2].

G. Gillet s’abonne effectivement en février 1879 [3]. Il assiste au banquet organisé le 7 avril à Marseille pour l’anniversaire de la naissance de Fourier. D’après le compte rendu de la fête,

Un jeune homme de 19 ans, nouvellement initié à la doctrine, M. Gillet, exprime avec chaleur l’impression qu’ont produite en lui de si grandes et si consolantes vérités [4].

D’après la relation de ce banquet parue dans le Bulletin du mouvement social,

M. Gillet, […] a affirmé le vide de la politique qui, dans notre milieu subversif, a-t-il dit, porte aux luttes stériles les âmes les plus pacifiques et est un obstacle aux études sérieuses. Le jeune adepte a vivement insisté sur la propagation active du principe d’association [5].

En 1880, alors que la Librairie des sciences sociales est menacée de disparition, Achille Rebuffat, secrétaire du groupe phalanstérien de Marseille, envoie une liste de condisciples apportant leur soutien financier à l’établissement. Gillet en fait partie [6]. Deux ans plus tard, il envoie au Centre parisien le compte rendu du banquet marseillais organisé le dimanche 9 avril pour célébrer la naissance de Fourier [7]. Il demande, au nom de ses condisciples marseillais, des informations sur la manifestation organisée à Paris.

En 1885, il prononce un long discours lors du banquet du 7 avril. Il constate que l’École sociétaire, telle qu’elle a existé autrefois, et même telle qu’elle a été réorganisée au milieu des années 1860, n’existe plus.

Mais, un nouvel âge, une deuxième période a, depuis peu, commencée pour elle. Et déjà, elle s’apprête au combat ! […] Et vous, mes vieux copains, vous et moi qui nous trouvons cette fois de la fête, nous, les néophytes, les jeunes (les trop jeunes même, je le crains), nous qui allons combattre à côté des aînés, des chevronnés de la première École, à côté des aïeux, tâchons de tenir bon à la lutte morbleu ! et de les soutenir !

[…]

[Dans cette nouvelle phase de l’École sociétaire], son objet, autrefois principal, la sociologie phalanstérienne, est devenu aujourd’hui son objet spécial, son unique objet. […]

Passée au crible des nouvelles méthodes scientifiques, la sociologie phalanstérienne s’est débarrassée, déliée, de tout le fatras de conjectures et conceptions cosmogoniques, métapsychiques, providentielles, etc., qui, certes, étaient d’une portée mentale peu commune et géniale même, d’une très haute valeur idéologique, poétique, esthétique, mais qui, malheureusement, n’étaient rien moins que positives, rien moins que scientifiques, ce qui nuisait, ce qui devait forcément nuire aux données purement sociologiques, qui en étaient entremêlées, engluées, et qui, cependant, considérées en elles-mêmes, ne sauraient présenter un caractère plus orthodoxalement [sic] scientifique et positif [8].

En 1886, Gabriel Gillet est témoin lors du mariage qui unit sa sœur Adrienne et Jules Combet, président du groupe fouriériste lors du banquet de 1885. Il se présente alors comme artiste. La même année, il est « musicien », d’après le recensement. Il est ensuite professeur de musique et donne des « cours d’harmonie et d’instrumentation à domicile et par correspondance » ; il propose aussi des « orchestrations, transcriptions, corrections, analyses » [9] ; il enseigne le trombone au Conservatoire communal de musique et de déclamation de Marseille, dont il est l’administrateur pendant plusieurs années autour de 1900 [10]. Il reçoit les palmes académiques à cette même période [11].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2018

Notes

[1L’Indicateur marseillais – Guide de commerce – Annuaire des Bouches-du-Rhône, 1870, p. 438.

[2Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64, vue 688-689), lettre de Jean-Baptiste Guizou, 24 janvier 1879.

[3École normale supérieure, carton 4, dossier 3, chemise 2, février 1879, abonnement au Bulletin du mouvement social.

[4107e anniversaire de Fourier. – Nécrologe phalanstérienne – Propagation morte. – Doctrine vivante. – Le 7 avril à Marseille, Paris, Librairie des sciences sociales, 1879, p. 30.

[5Bulletin du mouvement social, 1er mai 1879.

[6Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vues 128-129), lettre d’Achille Rebuffat, secrétaire du groupe phalanstérien de Marseille, 10 octobre 1880.

[7École normale supérieure, carton 4, dossier 6, chemise 1 et carton 6, dossier 4, chemise 1 ; ce compte rendu est divisé entre ces deux cartons.

[8École sociétaire – Banquet du 113e anniversaire natal de Charles Fourier, fondateur de la sociologie phalanstérienne, sous la présidence d’honneur de Victor Considerant, ancien représentant et publiciste – Groupe phalanstérien de Marseille – 7 avril 1885, Marseille, Imp. Moderne, 1885, p. 11-12.

[9Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique, 1897, p. 530.

[10Il est présenté comme « administrateur du Conservatoire communal de musique et de déclamation » dans l’Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et L’Indicateur marseillais de 1899 à 1902.

[11L’Indicateur marseillais, 1901.


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64, vue 688-689), lettre de Jean-Baptiste Guizou, 24 janvier 1879.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vues 128-129), lettre d’Achille Rebuffat, 10 octobre 1880.
École normale supérieure, carton 4, dossier 3, chemise 2, abonnement au Bulletin du mouvement social.
École normale supérieure, carton 4, dossier 6, chemise 1 et carton 6, dossier 4, chemise 1 ; compte rendu du banquet du 9 avril 1882, à Marseille.
107e anniversaire de Fourier. – Nécrologe phalanstérienne – Propagation morte. – Doctrine vivante. – Le 7 avril à Marseille, Paris, Librairie des sciences sociales, 1879, 32 p.
Bulletin du mouvement social, 1er mai 1879, « Le banquet du 7 avril à Marseille ».
École sociétaire – Banquet du 113e anniversaire natal de Charles Fourier, fondateur de la sociologie phalanstérienne, sous la présidence d’honneur de Victor Considerant, ancien représentant et publiciste – Groupe phalanstérien de Marseille – 7 avril 1885, Marseille, Imp. Moderne, 1885, 37 p.
L’Indicateur marseillais – Guide de commerce – Annuaire des Bouches-du-Rhône, 1890-1914 (en ligne sur Gallica).
Annuaire des artistes et de l’enseignement musical et dramatique, 1897-1909 (en ligne sur Gallica).


Index

Lieux : Marseille, Bouches-du-Rhône

Notions : Anniversaire - Banquets - Groupe local - Musique - Propagande

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Gillet, Gabriel », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2018 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2039 (consultée le 20 septembre 2018).

 . 

 . 

 .