remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juin 2018

Marcel, Théophile


Né vers 1838, décédé vers 1903-1904. Cordonnier à Marseille. Membre du groupe phalanstérien de Marseille, souscripteur de la statue de Fourier.


Sans doute Théophile Marcel n’est-il pas né à Marseille. Il n’apparaît dans L’Indicateur marseillais qu’à partir de 1876 ; il est alors cordonnier rue Jaubert. En 1881, il est recensé au même domicile avec son épouse et leurs trois enfants ; il a 43 ans. Il est alors très actif au sein du groupe phalanstérien marseillais, reconstitué à la fin des années 1860 autour de Jean-Baptiste Guizou ; il semble même occuper pendant quelques années la fonction de correspondant avec le centre parisien de l’École sociétaire. En avril 1878, il lui envoie un toast à la mémoire de Fourier et à ses disciples, qui est lu lors du banquet organisé dans la capitale pour l’anniversaire de la naissance de Fourier [1]. L’année suivante, il intervient lors du banquet qui se tient à Marseille :

M. Marcel, ouvrier cordonnier, a raconté les diverses phases de la vie de Fourier. Abordant ensuite quelques-uns des principaux points de doctrine, il a mis en évidence les dispositions ingénieuses que le grand novateur a combinées, a calculées pour accorder les intérêts, résoudre le problème de la répartition et rendre le travail attrayant [2].

En 1880, il écrit au nom du groupe phalanstérien de Marseille à Victor Considerant en lui demandant de reprendre la tête du mouvement fouriériste.

Grâce à la persévérance de M. Guizou et de quelques autres membres initiés à la théorie sociétaire, nous sommes parvenus à nous grouper et aujourd’hui nous comptons une quinzaine de jeunes gens arrivés au parvis du temple élevé par Fourier, et qui ne demandent que d’entendre une voie autorisée pour les conduire jusqu’au sanctuaire.

Ayant lu vos ouvrages et vos discours, ils désirent ardemment vous voir reprendre la parole, vous qui avez dit :

« À la persévérance de l’apostolat phalanstérien »

Vous le chef autorisé et respecté de l’École sociétaire, faites entendre de nouveau au prochain 7 avril cette voix éloquente ! Car cette voix doit raffermir nos espérances et nous donne la force de poursuivre l’œuvre commencée par Fourier et ses premiers disciples.

Au nom de cette grande mémoire, au nom des innombrables victimes du morcellement et de l’incohérence sociale, nous vous en supplions ! reprenez la parole : alors nous pourrons nous écrier avec vous :

« Marchons ! marchons, car nous avons en main le fil d’Ariane pour le labyrinthe ; pour la grande mer le sextant, la boussole et l’étoile polaire sur nos têtes. Nous pouvons aborder l’avenir maintenant, partir de la Phalange et parcourir le monde ».

Daignez agréer, Monsieur et illustre condisciple, l’expression de nos plus vives sympathies en Fourier.

Pour le groupe phalanstérien de Marseille

Tle. Marcel.

Rue Jaubert, 35 [3].

La démarche reste cependant vaine, Considerant ne répondant pas immédiatement – son épouse est alors mourante – puis déclinant l’invitation dans une lettre adressée « aux phalanstériens de Marseille » [4].

Sans doute quitte-t-il ensuite Marseille – il ne figure plus dans l’Indicateur marseillais pendant plusieurs années à partir de 1885, ni dans le recensement de 1886. Mais il est recensé à Marseille en 1891, rue Tivoli, où il est toujours cordonnier. Il envoie en 1898, en tant que « phalanstérien de Marseille », la modeste somme de 0,50 franc pour la réalisation de la statue de Fourier [5].

Il décède vers 1903-1904 (il est recensé en 1901 ; mais lors du recensement de 1906, il n’est pas mentionné alors que sa famille demeure toujours rue Tivoli ; et dans l’édition 1905 de L’Indicateur de Marseille, sa femme est « veuve » et « rentière »).


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : juillet 2018

Notes

[1Bulletin du mouvement social, 15 avril 1878.

[2Bulletin du mouvement social, 1er mai 1879.

[3Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 40 (681 Mi 68, vues 58-59), lettre du 14 mars 1880.

[4Lettre de Victor Considerant, 15 mai 1880, « Aux phalanstériens de Marseille ».reproduite dans la Revue du mouvement social, août 1880, p. 269-271.

[5La Rénovation, 31 mars 1898, souscriptions pour la statue.


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 40 (681 Mi 68, vues 58-59), lettre de Théophile Marcel, 14 mars 1880.
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 6 M 250, recensement de la population de Marseille, 1881, 5e canton extra-muros sud, 37 (en ligne sur le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, vue 5/18).
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 6 M 305, recensement de la population de Marseille, 1891, 6e canton Le Jarret, 40 (en ligne sur le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, vue 4/14).
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 6 M 336, recensement de la population de Marseille, 1896, 6e canton Le Jarret, 44 (en ligne sur le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, vue 3/12).
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 6 M 370, recensement de la population de Marseille, 1901, 6e canton – Le Jarret, 44 (en ligne sur le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, vue 3/14).
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 6 M 405, recensement de la population de Marseille, 8e canton – Le Camas, année, 1906 (en ligne sur le site des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, vue 3/14).
L’Indicateur marseillais – Guide du commerce – Annuaire des Bouches-du-Rhône, 1875 à 1905.
Bulletin du mouvement social, 15 avril 1878 et 1er mai 1879.
Revue du mouvement social, août 1880.
La Rénovation, 31 mars 1898.


Index

Lieux : Marseille, Bouches-du-Rhône

Notions : Anniversaire - Banquets - Groupe local

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Marcel, Théophile », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2018 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2041 (consultée le 17 novembre 2018).

 . 

 . 

 .