retour au sommaire

Utopie pédagogique et souveraineté de l’enfance

Philippe Ivernel  |  2010 / n° 21 |  janvier 2011



Résumé

Dans les citations et notations du dossier Fourier, qui dans le Passagenwerk précèdent immédiatement le dossier Marx et n’apparaît nullement contradictoire avec lui, Walter Benjamin attire l’attention sur l’instruction et l’éducation de l’enfance au sein du fameux phalanstère d’essai. Il souligne d’emblée que la nature sur laquelle s’appuie la pédagogie fouriériste est faite de mille fibres et que dès lors, partant des passions et de leur combinatoire, elles se prêtent à autant d’extension et d’évolution. Pour revenir à un exemple bien connu : de la gourmandise à la gastronomie en passant par les activités de cuisine, elles-mêmes raccordables aux activités agricoles et industrielles, l’enfant chez Fourier s’avance « naturellement » vers une formation polytechnique, appelée à surmonter non seulement la division du travail, mais encore et surtout la séparation entre travail, expérimentation et jeu. Benjamin se montre sensible à la dynamique du désir enfantin (chercher à attraper la lune comme une balle) et du geste reproductible, qu’il oppose l’un et l’autre à l’inculcation moraliste toujours menacée d’abstraction. L’utopie pédagogique dont il s’agit ici ne se conçoit, au contraire, que dans le rapport qu’elle entretient avec la pratique. Au bout du compte, elle enclenche sur une histoire à construire (chez Benjamin comme on le sait, mais aussi indirectement chez Fourier), dans laquelle l’enfance est souveraine comme l’âge du commencement et du recommencement.

Lire cet article

Index

Notions : Education - Enfance - Gastronomie - Pédagogie

Personnes : Benjamin, Walter

Pour citer ce document

IVERNEL Philippe , « Utopie pédagogique et souveraineté de l’enfance  », Cahiers Charles Fourier , 2010 / n° 21 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article799 (consulté le 24 septembre 2017).


Philippe Ivernel

Enseignant chercheur (département d’allemand de l’Université Paris-8, Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, Laboratoire de recherche du CNRS sur les Arts du spectacle), Philippe Ivernel est l’auteur de travaux sur Benjamin, Brecht, l’Expressionnisme, le théâtre d’agit-prop historique, le théâtre d’intervention après 1968, ainsi que de traductions de l’allemand (côté théâtre et côté philosophie). De Walter Benjamin, il a récemment traduit Je déballe ma bibliothèque (Rivages, 2000), la Correspondance avec T. W. Adorno (La fabrique, 2002) ou les Essais sur Brecht (La fabrique, 2003). A venir, un recueil d’écrits de Walter Benjamin : Enfance (Payot-Rivages).


Les autres articles de Philippe Ivernel





 . 

 . 

 .