Ressources

Liens










Ce carnet de recherche de la plateforme du CLEO (Centre pour l’édition électronique ouverte) est animée par les membres de la Société de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle et vise à favoriser les recherches historiques sur le XIXe siècle, à mettre en réseaux les chercheurs, à présenter l’actualité des travaux sur le XIXe siècle, et à donner accès à des documents inédits ou peu accessibles. Le carnet accompagne la publication de la Revue d’histoire du XIXe siècle.

Gallica propose un nombre vertigineux d’ouvrages numérisés, d’images, de ressources sonores. Cet ensemble constitue l’une des plus importantes bibliothèques numériques accessibles gratuitement sur internet. Les fonds de Gallica sont extraits de la bibliothèque numérique de la BnF. Ils ont été choisis de manière à dessiner une bibliothèque patrimoniale et encyclopédique. Cette collection rassemble des éditions prestigieuses, dictionnaires et périodiques.
S’agissant plus précisément du fouriérisme, les ressources offertes par Gallica sont extrêmement précieuses : il suffit pour s’en convaincre de taper le mot-clé "Fourier Charles" sur le moteur de recherche. Le résultat est édifiant ! Signalons au passage que Gallica "moissonne" désormais les ressources de la Bibliothèque virtuelle des Premiers socialismes, présentée ci-dessous.

Ce site internet créé par Gallica vient en complément du site internet de l’exposition consacrée à l’Utopie par la Bibliothèque nationale de France. On y trouvera rassemblées et ordonnées de très nombreuses ressources numériques, textuelles et iconographiques, autour de l’Utopie.

Le Centre international de recherches sur l’anarchisme de Marseille existe depuis plus d’un demi-siècle. Son objectif principal est de collecter, de classer et d’archiver tout ce qui a un rapport avec l’anarchisme. Il édite un bulletin et une feuille d’infos dont la diffusion est vivement conseillée, il organise des débats, il dispose d’une bibliothèque ouverte aux personnes intéressées. Son nouveau local situé 13 rue Consolat (13001 Marseille) est inauguré en octobre 2012.

La bibliothèque numérique "Classiques en sciences sociales" a vu le jour au Québec il y a plus de dix ans. La mise en ligne des très nombreux textes qu la composent repose sur le travail de bénévoles. Dans son très riche catalogue, en évolution constante, on trouve notamment plusieurs livres de Charles Fourier.

Le CODHOS (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale) est une association réunissant de nombreux centres de ressources en histoire sociale et ouvrière français, destinée à l’échange et à la mutualisation de leurs moyens. Le site permet de découvrir ses actions, comme les journées d’études organisées pour valoriser la documentation et de connaître les instruments créés par le CODHOS pour aider les chercheurs. Il donne accès à de très précieuses informations sur les 39 centres de ressources actuellement membres de l’association : contacts, informations pratiques, historiques et descriptions des fonds et éventuellement adresses des sites web.

La Colonie sociétaire de Condé-sur-Vesgre, théâtre de la première tentative d’expérimentation de la doctrine de Fourier, existe toujours ! Ses habitants actuels en perpétuent la mémoire, notamment à travers ce site internet qui offre de très nombreuses ressources, à découvrir. C’est à Condé que se déroule en 2012 l’Assemblée générale de l’Association d’études fouriéristes.

« L’Ephéméride Anarchiste » est un site qui, depuis 1997, propose de faire découvrir le mouvement anarchiste dans toute sa diversité de pensée et d’action, afin de montrer l’importance de son rayonnement aussi bien philosophique, géographique ou historique. Ceci par le biais d’individus qui ont fait ou font toujours vivre ce mouvement, qu’ils ou elles soient penseurs, militants ou oeuvrant simplement par leurs écrits, leur parole, leur art, leurs actions, à l’émancipation et à l’affranchissement de la tutelle d’un Etat, d’une religion, d’un patron ou d’un maître.

Pour chaque jour de l’année, on peut découvrir la vie de ces hommes et de ces femmes, connus ou non, à travers de courtes biographies parfois accompagnées de citations pour mieux situer leur champ d’action. Elles sont suivies par l’évocation d’événements qui ont eu lieu ce jour-là, et auxquels les anarchistes ont été mêlés de près ou de loin, rappelant ainsi les moments importants de l’histoire de l’anarchisme et de l’utopie.
Une attention particulière est apportée aux très nombreuses publications anarchistes qui expriment, dans des langues les plus variées, la diversité de l’idéal libertaire.

Ernest Valeton de Boissière (1811-1894), propriétaire du Domaine de Certes à Audenge (Gironde, France), a émigré aux Etats Unis et a fondé en 1870 la Ferme Coopérative de Silkville (Co Franklin, Kansas, USA). Humaniste et fouriériste réfractaire à Louis-Napoléon Bonaparte, il a légué ses deux propriétés aux œuvres scolaires de la Ville d’Audenge et à un orphelinat dans le Kansas. Ce blog tenu par Jean-Yves Boutet, habitant d’Audenge, présente la très riche documentation rassemblée sur la vie et le parcours engagé d’Ernest Valeton de Boissière.

Le familistère de Guise (Aisne) est créé en 1859 par Jean-Baptiste Godin autour de son usine de poêles en fonte pour mettre en pratique, en les adaptant, les idées de Fourier sur l’association basée sur la répartition des bénéfices en fonction du capital, du travail et du talent. Afin de réaliser cette réforme économique, Godin crée les conditions d’une certaine élévation du niveau de vie des ouvriers en leur offrant les « équivalents de la richesse » rendus possibles, en particulier, par les vertus de l’habitat sociétaire. La coopérative qu’il crée en 1880 est alors la première coopérative dans le monde avec ses 1500 salariés et existera jusqu’en 1968. Aujourd’hui le patrimoine du familistère, classé au titre des monuments historiques depuis 1991 fait l’objet d’une importante mise en valeur, entre autres avec ce site web.

Christian Ronse (professeur d’informatique, Université de Strasbourg) a consacré un site à Charles Fourier. Sur la page d’accueil du site figure la citation suivante, extraite de la Théorie des quatre mouvements : « Si vos sciences dictées par la sagesse n’ont servi qu’à perpétuer l’indigence et les déchirements, donnez-nous plutôt des sciences dictées par la folie, pourvu qu’elles calment les fureurs, qu’elles soulagent les misères des peuples. » Le site de Christian Ronse, en anglais, fourmille d’idées, d’images, d’informations de toutes sortes, de liens avec d’autres sites. On passe allègrement de "Céladonie" à "Fourier et l’utopie aux Etats-Unis", de l’Ode à Charles Fourier (A. Breton) à des extraits d’ouvrages divers. Il vaut la peine d’aller faire une visite sur ce site dont on peut simplement regretter qu’il n’évolue plus depuis décembre 2003.

Elsa Maillot est une jeune graphiste diplômée en communication visuelle de l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Besançon, qui travaille depuis plusieurs années sur les « concepts-images » traduction des idées en images de Charles Fourier, en particulier celles de la Théorie des quatre mouvements. Elle a eu l’occasion de faire connaître son travail lors d’une exposition organisée pendant l’AG de l’association des études fouriéristes en 2009 ou encore d’un safari-Fourier en 2010 à Besançon. Son site permet de suivre ses actualités artistiques et de découvrir sa démarche très originale de représentation, de schématisation, de cartographie des idées fouriéristes.

Internet Archive, organisation à but non lucratif, est à l’origine destiné à l’archivage du Web. [L’utilisation du module Waybackmachine permet ainsi de retrouver les différentes étapes de l’évolution du site charlesfourier.fr, à ce jour jusqu’à 2010]. Le projet, reconnu comme bibliothèque, est devenu méta-moteur de recherche de ressources de bibliothèques en ligne (textes, images, audio,...). Bien qu’initié aux Etats-Unis, Internet Archive offre une masse volumineuse de documents en langue française et intéressant le fouriérisme (seul accès en ligne à la Démocratie pacifique, au Fourier de Bourgin, par exemple). On peut regretter le manque de structuration de certaines notices bibliographiques, ce qui limite parfois les résultats ou alourdit leur consultation.

La Fraternelle fut à la fin du XIXe siècle une coopérative de Saint-Claude, dans le Jura, qui prévoyait la redistribution de ses bénéfices à une caisse sociale permettant la mise en place de différents services de prévoyance et d’entraide avec les autres coopératives. "L’Ecole de Saint-Claude" s’opposait alors en cela à "l’Ecole de Nîmes" qui organisait la répartition des bénéfices entre les sociétaires. Depuis 1984 l’association La Fraternelle fait revivre la Maison du peuple de Saint-Claude, liée à cette coopérative et qui est aujourd’hui un espace culturel et un lieu de mémoire. L’association y conserve un important fonds d’archives de coopératives, de syndicats, de mutuelles et de groupements politiques.

Ce site a été conçu pour présenter et accompagner la mise en ligne progressive de l’importante collection de dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier et du mouvement social (constituant au total le plus grand dictionnaire biographique en langue française) initié par Jean Maitron (1910-1987). Il en prolonge l’esprit en s’intéressant aux itinéraires militants, au peuple militant, aux récits de vie et aux autobiographies des acteurs du mouvement social. On trouvera également sur ce site quantité d’information concernant les ouvrages, travaux et films concernant le monde ouvrier et populaire. On notera enfin l’intérêt porté à l’histoire de l’action culturelle, au féminisme et au militantisme associatif d’une manière générale.

Les amis fidèles du grand poète surréaliste publiaient depuis 1995 l’excellent bulletin "Trois cerises et une sardine". En 2012 ils se lancent dans l’aventure des Cahiers Benjamin Péret. Une fois par an ces Cahiers livreront des documents et des études originales, ainsi que des informations aux meilleures sources sur l’actualité de Péret.

Grâce à Gérard Roche l’Association des amis de Benjamin Péret est aussi sur la toile avec un site magnifique, sérieux et drôle, structuré et foisonnant, porte d’entrée rêvée vers Péret et son monde. Dans le Cahier Charles Fourier 14 (2003), Gérard Roche a repéré bien des affinités entre Fourier et les surréalistes, tous "grands émancipateurs du désir". Le site confirme à son tour cette belle hypothèse et il ouvre mille autres perspectives passionnantes. "Désormais, nul n’est censé ignorer Péret." (Jérôme Duwa)

Au sommaire de ce site : Accueil, Pierre Leroux, Etudes, L’association, Liens

Ici sont consultables des documents sur les socialistes « utopiques » provenant du fonds légué à l’Université par Auguste Dubois et conservé au service du fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire. Ces documents sont accompagnés de très utiles présentations qui les replacent dans leur contexte, et d’indications bibliographiques. Un index par thème, par auteur et par date ainsi qu’un moteur de recherche enrichit les possibilités de travail à l’intérieur du site. Cette bibliothèque électronique est évolutive, des documents accompagnés de leur présentation étant mis en ligne régulièrement. Actuellement l’ensemble porte sur les fouriéristes, sur Cabet et le communisme icarien, sur le socialisme de Pierre Leroux. Seront ensuite rajoutés des documents sur les saint-simoniens, Louis Blanc, Pierre-Joseph Proudhon, etc. Début 2012, plus de 160 ouvrages numérisés sont accessibles sur ce site majeur.

Dédiées aux avant-gardes (des utopies socio-politiques du XIXe siècle aux mouvements artistiques radicaux de la modernité historique du XXe siècle) tout autant qu’à l’art le plus contemporain, les Presses du Réel ont entrepris depuis quelques années la réédition des oeuvres complètes de Charles Fourier. On trouve aussi dans le catalogue, entre autres, le livre de Bernard Desmars sur le fouriérisme dans la 2e moitié du XIXe siècle et la traduction en français de la biographie consacrée par Jonathan Beecher à Victor Considerant (parution début 2012). Les Presses du Réel diffusent les Cahiers Charles Fourier depuis le n° 16.

Dans ce site marxiste extrêmement riche et très structuré, on trouvera une rapide présentation de Fourier, des commentaires (notamment par Engels) ainsi que des extraits de son oeuvre, traduits en anglais. Pour accéder à tout cela : "Subjects", puis "Utopian Socialism".
Fourier dans MIA : "French Utopian socialist ; criticised the bourgeois society established by the French Revolution, pointing out the contradiction between the rhetoric of « liberty, fraternity and equality » and the reality of capitalism. Fourier drew upon the French materialists on the role of environment and education in moulding personality. He drew the conclusion that a social system which could develop and satisfy human « passions » was necessary. He put forward a model of cooperative labour aimed at producing material abundance and distributing according to contribution."

La Revue internationale de l’économie sociale fait suite à la Revue des études coopératives, mutualistes et associatives et à la Revue des études coopératives fondée en 1921 par Charles Gide et Bernard Lavergne. Elle se donne pour mission de diffuser et de susciter des études et des recherches sur les organisations d’Economie sociale en France et dans le monde. Le site de la RECMA donne de nombreuses informations sur les pratiques d’Economie sociale et solidaire mais aussi sur les recherches et les débats en cours.

Un très riche et très passionnant site réalisé par Michel Antony, régulièrement mis à jour, qui recense de très nombreuses sources d’information consacrées aux utopies et qui apporte aussi des éléments inédits. Vous y trouverez des documents, des analyses, des bibliographies, des chronologies et des liens vers de nombreuses ressources consacrées aux utopies et à l’anarchisme.

Utopia and utopianism est une revue académique à caractère multidisciplinaire. Elle offre au lecteur une grande variété de recherches sur différents aspects des études utopiques. Elle a un double objectif : éditer des travaux dignes d’intérêt pour la communauté scientifique et impulser la recherche et l’enseignement des études utopiques à l’université. Elle publie des contributions dans 6 langues (allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais). Elle a son siège à Madrid. Elle est éditée par The University Book.

Science-sociale.org est le site internet de la Société d’économie et de sciences sociales et de sa revue "Les Etudes sociales", consacrées à l’étude l’histoire de la science sociale de Frédéric Le Play et de ses continuateurs.

Colins de Ham (Bruxelles, 1783-Montrouge, 1859) est un penseur socialiste peu connu, moins en tout cas que ses aînés et quasi-contemporains Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet, Proudhon, etc. La Société d’Études Colinsiennes a justement pour but de faire connaître le fondateur du « socialisme rationnel » et ses disciples, et d’encourager les études sur la doctrine colinsienne. Son site comprend une anthologie de textes colinsiens, la biographie de Colins (dont la vie a été passablement aventureuse) et de ses principaux disciples ; surtout, il permet la consultation en ligne de travaux (en particulier ceux d’Ivo Rens) sur Colins et sur l’École colinsienne. Il comprend aussi un Forum avec des articles sur le nucléaire.

La Société des études romantiques et dix-neuviémistes est une association consacrée depuis 1970 aux recherches sur le XIXe siècle. Elle se veut transdisciplinaire mais est principalement tournée vers la littérature. Elle publie la revue Romantisme et Le Magasin du XIXe siècle (ancien Dix-neuvième siècle). Son site donne accès à de nombreuses informations sur les activités de l’association et sur la recherche dix-neuviémiste en général.

Au sommaire de ce site : la Société des études saint-simoniennes, Contacts, Actualités, Bulletin, Publications, Galerie, Archives. Avec plusieurs biographies de saint-simoniens.

Au sommaire de ce site : Présentation, Actualités, Colloques, Publications, Catalogue, Liens

Fondée en 1975, la Society for Utopian Studies est une association internationale consacrée à l’étude de l’utopisme sous toutes ses formes, avec une attention particulière aux utopies littéraires et aux expérimentations utopiques. La SUS organise un colloque annuel et publie une revue et une newletter.
Le site internet de la Society for Utopian Studies propose de très abondantes ressources, parmi lesquelles Utopian Studies, sa revue, et Utopus Discovered, sa newsletter, toutes disponibles librement en texte intégral.

Portail officiel des bibliothèques nationales européennes et associées, d’accès gratuit, ce méta-catalogue permet une interrogation simultanée de tous les catalogues, collections virtuelles et bibliothèques numériques de ces institutions. Si la recherche de références bibliographiques est plus fructueuse sur Gallica (à ce jour encore le principal fournisseur de documents numériques), The European library offre un accès unique aux collections numériques en cours de constitution. Une recherche de documents au mot-clé « Charles Fourier » permet d’accéder ainsi aux documents numérisés de la Bibliothèque numérique Polona et aux écrits de Czynski. Afin d’accéder aux documents numérisés, selon les bibliothèques numériques, après avoir ouvert le lien de la notice, il est parfois préférable de cliquer sur le titre du document et de choisir « chercher sur Europeana », plutôt que de suivre le lien « cliquer sur l’objet » qui normalement mène au document numérique.

Ce site - [encore actif en 2010, malgré la date de mise à jour de 2006 indiquée en page d’accueil] - d’un érudit généalogiste offre un point de vue, à partir de la presse locale, sur la colonie de la Reunion, les colons ou leurs descendants. Dans la rubrique « Towns & Villages – La Réunion », l’auteur transcrit des articles parus dans la presse de Dallas de 1866 à 1943 [on peut noter de nombreuses graphies fautives des patronymes ou du vocabulaire d’origine françaises].

Quelques éléments iconographiques illustrent les articles de presse et complètent l’information, dont une photographie d’Emmanuel Santerre, fils de François Santerre visitant les ruines de la colonie en 1938 [Voir sur charlesfourier.fr, Brunot Verlet, « François Santerre et les siens, une famille fouriériste au Texas », Cahiers Charles Fourier, n° 2, décembre 1991]. Emmanuel Santerre se remémore les moments festifs de sa jeunesse à la colonie : « he recalled gay parties and pretty girls. The walls of the last building, shown at the left, are crumbling, and weeds now grow where happy French colonists once danced » (July 24, 1938, The Dallas Morning News).

La rubrique « Ethnic - French » fournit quelques éléments supplémentaires sur la colonisation française, sur la Réunion ainsi qu’un article relatif à un survivant de la colonisation icarienne au Texas.

(présentation par Jean-Claude Sosnowski)

Née au sortir d’un colloque international qui s’est tenu en 1988 à New Lanark, cette société a pour vocation de coordonner et d’encourager les recherches sur l’utopisme. Dynamique et ouverte, elle rencontre la littérature, la philosophie, la sociologie, l’histoire, l’architecture, la science politique, l’anthropologie, etc. Elle aime l’utopisme sous toutes ses coutures. Elle organise chaque année un colloque qui réunit des chercheuses et chercheurs de tous horizons. Les résumés des interventions au colloque de Plymouth (juillet 2007) donnent une bonne idée de ce qui s’y débat - on notera au passage une contribution de Kathryn Tomasek sur "Transatlantic Travel in U.S. Fourierism". Le prochain colloque se tiendra à Tarragone (Espagne) sur "The Shape of Things to Come" à l’été 2012. Le site d’Utopian Studies (Europe) est remarquable sur la forme comme sur le fond. A visiter !



 . 

 . 

 .