Cahiers

1993 / n° 4

Autour de la colonie de Reunion, Texas

sommaire
résumés
abstracts
commander





Présentation

Michel Cordillot
Présentation
texte intégral

Etudes

Antonio Carlos Güttler
Un prélude brésilien à l’expérience de Reunion ?
Le phalanstère du Saï, 1841-1843

Fondé par le Dr Mure au Brésil, le phalanstère du Sai constitua une première tentative conduite par un Français d’expérimenter les doctrines sociétaires à une grande échelle. Malgré son échec, cette colonie contribua à implanter au Brésil les idées socialistes.

résumé | abstract | texte intégral

Carl J. Guarneri
Reunion, Texas
Post scriptum ironique au fouriérisme américain

La colonie texane de Réunion avait été conçue comme une entreprise franco-américaine appelée à être le point culminant de deux décennies d’agitation fouriériste. Mais la décision de Considerant de tenter une expérience dans le Nouveau Monde coïncida avec l’effondrement du mouvement phalanstérien américain, qui ne put dès lors apporter le soutien escompté. De plus, dans la manière d’aborder la question de l’esclavage et les aspects pratiques de l’organisation de la communauté, les fouriéristes français refirent la plupart des erreurs qui avaient été à l’origine de l’échec des Américains dix années auparavant.

résumé | abstract | texte intégral

James Pratt
Jeudi 22 décembre 1854
Les premiers fouriéristes foulent le sol du Texas

Les fouriéristes qui arrivèrent au Texas en 1854 y trouvèrent une situation différente de celle que Considerant avait laissée derrière lui en repartant 15 mois auparavant. Le Parti nativiste avait exprimé ses sentiments anti-immigrés, et les passions s’enflammaient sur la question de l’esclavage. C’est dans ce contexte, marqué par la spéculation et le début d’une période de sécheresse, que François Cantagrel pénétra au Texas en compagnie de John Allen, un révérend yankee, réformiste, fouriériste et abolitionniste.

résumé | abstract | texte intégral

Jonathan Beecher
Une utopie manquée au Texas
Victor Considerant et Reunion

La tentative menée par des fouriéristes venus d’Europe de fonder une communauté près de Dallas, Texas, vers le milieu des années 1850, fut dès le départ handicapée par un désaccord fondamental entre Considerant et as base. En réalisant des investissements fonciers au Texas, il espérait pour sa part créer un « champ d’asile » ouvert à diverses expérimentations sociales. Eux voulaient s’attacher aussi vite que possible à construire une association fouriériste. L’échec de la communauté eut des causes multiples, mais le désaccord au niveau des conceptions entre Considerant et de sa base fut la raison cruciale et fondamentale à la fois du caractère unique de Réunion et de son échec final.

résumé | abstract | texte intégral

Bruno Verlet
Les fouriéristes au Texas, du rêve à la réalité

S’il ne fut jamais prévu de fonder au Texas un phalanstère, l’expérience de Réunion chercha à joindre aux bénéfices de l’association fouriériste ceux de la spéculation foncière. Une formule qui se retourna contre ses auteurs, car la discorde marqua vite une colonie où les moins-values grevèrent par ailleurs des terres achetées trop hâtivement. Au delà de cette erreur de principe, les documents d’époque cités mettent en doute l’aptitude des dirigeants phalanstériens à gérer l’opération sur le plan pratique.

résumé | abstract | texte intégral

Michel Cordillot
Au Texas
Aperçus biographiques sur quelques membres de Reunion
texte intégral

Michel Cordillot
Le socialisme francophone néo-fouriériste après Réunion
Charles Caron et la section 15 de l’Internationale à La Nouvelle-Orléans

L’échec de Réunion ne signifia pas la fin de l’influence du fouriérisme au sein du mouvement socialiste francophone. L’exemple de La Nouvelle-Orléans montre le rôle que jouèrent les socialistes née-fouriéristes, emmenés par Charles Caron, au sein de la Première Internationale et leurs efforts pour susciter de nouvelles expériences de colonisation. A partir d’exemples concrets de ce type, on peut en fait s’interroger sur la distinction entre socialismes « scientifique » et « utopique ».

résumé | abstract | texte intégral

G. Clermont
Les Etats-Unis vus par la presse fouriériste française, 1867-1922

A la fin du XIXe siècle, la presse fouriériste française fournit à ses lecteurs de nombreuses données sociales et économiques en provenance des États-Unis. L’émerveillement et l’espoir l’emportent sur les critiques, mais les commentaires rares et parfois contradictoires, ne permettent pas d’avoir une vision cohérente de la société américaine de l’époque.

résumé | abstract | texte intégral

Jean-Claude Dubos
Reunion, Texas
Une bibliographie sélective
texte intégral

Notes de lecture

Jean-Claude Dubos
THOMAS Edith : Fonds Fourier et Considerant. Archives sociétaires (1991)
texte intégral

Michel Cordillot
CABRAL CHAMORRO Antonio : {Socialismo utopicó y revolución burgesa : el fourierismo gaditano, 1834-1848}
texte intégral

Michel Cordillot
SOWERWINE Charles, MAIGNIEN Claude : Madeleine Pelletier, une féministe dans l’arène politique
texte intégral

Louis Ucciani
ARANTES Urias : Charles Fourier ou l’art des passages
texte intégral

Louis Ucciani
SARTI Maria Alberta : Quatre ouvrages sur Fourier
texte intégral

Actualités

La vie scientifique
texte intégral



 . 

 . 

 .