remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : novembre 2018

Hébert, (Louis) Léon


Né le 6 juin 1827 à Montjavoult (Oise), décédé le 3 mai 1900 à Gisors (Eure). Ouvrier puis directeur d’une imprimerie ; directeur d’un journal républicain et anticlérical publié à Gisors dans les années 1890. Abonné à La Science sociale, puis au Bulletin du mouvement social.


Léon Hébert travaille très jeune dans l’imprimerie fondée à Gisors par Jean-François Lapierre dont il est longtemps le seul ouvrier, faisant à la fois la composition, la typographie, le brochage… Pendant 45 ans, il est « l’auxiliaire modeste mais dévoué de son patron » [1]. Il se marie en 1855 avec Marie Éléonore Castel, gantière et fille d’un maçon et d’une marchande de vin.

On ignore de quand date son adhésion au fouriérisme. Les seuls témoignages de ses relations avec l’École sociétaire datent de la fin des années 1860 et des années 1870, quand il s’abonne à La Science sociale, puis au Bulletin du mouvement social. Dans cette correspondance, il réaffirme à plusieurs reprises ses convictions phalanstériennes :

je suis pour la vie un des disciples de Fourier et j’espère que la société de l’avenir appartiendra à sa doctrine [2].

Je vous prie de me croire un des plus zélés disciples de l’immortel Fourier, notre maître vénéré [3].

En 1886, il divorce de sa première épouse (la loi autorisant le divorce a été adoptée en 1884) et se remarie avec Eugénie Brisson de Saint-Amand, couturière.

Dans les années 1880, il contribue à la création de L’Écho républicain. Journal de Gisors et des cantons voisins. Cet organe défend les institutions démocratiques et affiche son anticléricalisme [4]. L’imprimerie est située au 9, rue du faubourg Cappeville, soit à l’adresse de Léon Hébert, qui dirige le journal pendant quelques mois en 1884, puis plus longuement de janvier 1889 à octobre 1899 [5].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : novembre 2018

Notes

[1Eugène Anxionnat, Quelques pages d’histoire locale. L’imprimerie, la librairie et la presse à Gisors de 1779 à 1908, Gisors, Impr. de A. Buisson, 1908, p. 21. Selon cet ouvrage, Léon Hébert y aurait déjà travaillé en 1835, soit à l’âge de 7 ans.

[2Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 39 (681 Mi 65, vue 61), lettre du 14 mars 1869.

[3Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 39 (681 Mi 65, vue 64), lettre du 13 mars 1876.

[4Eugène Anxionnat, Quelques pages d’histoire locale…, op. cit., p. 118-120.

[5D’après la notice de L’Écho républicain sur le catalogue de la Bibliothèque nationale de France.


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 39 (681 Mi 65, vues 61-67), lettres de Léon Hébert, 1869 à 1879.
Archives départementales de l’Eure, état civil de Gisors, acte mariage du 9 décembre 1886 (en ligne sur le site des Archives départementales, vue 143/685).
Archives départementales de l’Eure, état civil de Gisors, acte de décès du 3 mai 1900 (en ligne sur le site des Archives départementales, vue 319/403).
Archives départementales de l’Eure, recensement de Gisors, 1891 (en ligne sur le site des Archives départementales de l’Eure, vue 41/76).
Archives départementales de l’Eure, 6 M 291, recensement de Gisors, 1896 (en ligne sur le site des Archives départementales de l’Eure, vue 40/81).
Eugène Anxionnat, Quelques pages d’histoire locale. L’imprimerie, la librairie et la presse à Gisors de 1779 à 1908, Gisors, Impr. de A. Buisson, 1908, 134 p. (en ligne sur Gallica).

Sitographie :
Notice de L’Écho républicain. Journal de Gisors et des cantons voisins dans le Catalogue de la Bibliothèque nationale de France.


Index

Lieux : Gisors, Eure

Notions : Presse

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Hébert, (Louis) Léon », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en novembre 2018 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2088 (consultée le 15 novembre 2018).

 . 

 . 

 .